Des répercussions de la guerre ont continué à résonner dans l’Ouest de l’île pendant des décennies après

« C’était déchirant », car
il ne restait pas de proches pour assister aux obsèques des parents qui avaient
perdu son seul enfant


Par Robert Frank

www.thesuburban.com

Après que James et Olive Cashion ont perdu leur seul enfant au cours de la Seconde Guerre mondiale, des copains de leur fils on « adopté » le couple pendant les quatre prochaines décennies de leur vie.

« Lui et ses copains d’école de Notre Dame de Grâce étaient de grands amateurs de plein air depuis les années 1920 jusqu’au début des années 1940 », a déclaré Alex, qui a demandé que son nom de famille ne soit divulgué.

Alex, qui est originaire de Roxboro, et qui a suivi ses études à l’École secondaire Riverdale conaîssait les Cashions pendant sa jeunesse. Résidant aujourd’hui au Texas, il a appris par le truchement d’un lecteur de The Suburban que le 28 juin la ville de Charleval, en France, prévoit de rendre hommage au sacrifice de leur fils, Allan Cashion.

« Les Cashions étaient pour nous comme des grands-parents, et tous les dimanches nous les avons vus pour dîner dans le quartier montréalais À Ma Baie » at-il dit au The Suburban au cours d’une entrevue téléphonique.

« Bien que je n’ai jamais rencontré Allan Cashion, at-il dit, c’est à travers eux que je lui connaissais bien, comme l’un des meilleurs amis de mon papa ».

Son père, Norm, avait servi dans l’armée canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale « mais il a toujours dit que Allan pensait que l’Aviation Royale du Canada était plus débonnaire ».

Après la guerre était finie, Norm et son épouse Frankie ont pris soin de des Cashions, « pour de nombreuses années ».

« Au cours des années 1970, nous les ont emménagé dans un appartement de rez-de-chaussée à l’angle des boulevards Saint-Jean et Pierrefonds », de rappeler Alex.

« Les Cashions n’ont jamais possédé une voiture », ajoutait-il.

« En tant que jeune conducteur dans les années 1970, cela signifiait que j’avait toujours une excuse pour conduire la voiture familiale afin d’amener les Cashions à quelque part — que ce soit dont ils avaient besoin ou non. C’était génial »!

« Malheureusement, Mme Cashion est décédé à la maison pendant les années 1970, at-il poursuivi. Nous avons déménagé M. Cashion dans une résidence d’aînés qui se trouvait à l’angle des boulevards Pierrefonds et Gouin, où il a vécu pendant plusieurs années encore ».

« Norm a arrangé les funérailles pour chacun d’eux, at-il rappelé. Nous étions les seuls personnes qui ont assisté. C’était déchirant ».

Alex a dit que M. Cashion, qui a pris sa retraite du journal « Montreal Star » en début des années 1950, lui légua ses médailles de guerre et de l’anneau de mariage de Mme Cashion, que Alex il a offert à sa femme comme une bague de fiançailles, il ya 30 ans.

« Elle n’a jamais quitté de son doigt depuis ».

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){
(i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’);

ga(‘create’, ‘UA-45892555-1’, ‘robertfrankmedia.blogspot.com’);
ga(‘send’, ‘pageview’);

Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial